vendredi 21 avril 2017

SÉRIE RANGERS-CACANADIEN : LES CHAUDRONS DÉBORDENT !


On l'avait prédit...  À force de se faire battre comme des tapis dont on extirpe la saleté et la poussière en les secouant dehors lors du grand ménage du printemps, les Canailliens de Mourial sont épuisés, fourbus et vidés.  En prolongation hier, au centre PouBell, ils n'avaient plus rien dans le corps pendant que les Rangers attaquaient sans relâche.  Justice a été faite : Zibanejad a marqué le but gagnant qui pousse le Caca dos contre mur, face à l'élimination, dans le match no 6, samedi, au MSG de New York.  Les vidanges seront donc sur le bord du chemin.  Et que l'on nous débarrasse de ces déchets CHicolores puants !!!

Les coups, pas toujours loyaux, pleuvaient de part et d'autre dans la bataille sanglante d'hier, devant les fefans affolés de la «morons nation».  Mais si le nombre de mises en échec était égal entre les deux clubs; leur qualité et leur force ont plutôt favorisés les vainqueurs.  Pensez-vous que ça fait mal de se faire frapper par des poids plume comme Byron, Lehkonen, Radulov ou Gallagher ?  Croyez-vous que les joueurs des Rangers vont se tordre de douleur après avoir été effleurés par des chiffes molles comme Plekanec, Danault, Pacioretty ou la moumoune à Markov ?

Par contre, plusieurs des CHieux mentionnés ci-dessus en ont mangé une maudite hier.  Spécialement Gallagher et Radulov qui y ont particulièrement goûté...  L'accumulation de ces assauts, depuis le début de la série, rapporte maintenant des fruits aux Blue Shirts.  L'échec avant soutenu des vaillants guerriers d'Alain Vigneault fait des ravages chez les poules pas de tête de la CHiasse.  Ça sent le CHoké autour de Scary Price...  Les CHaudrons débordent !  Ils ne peuvent plus en prendre.  Ils sont trop mûrs les pourris !  Ils vont tomber...en vacances !

Encore une fois, hier, le capitaine raté du torCHon, Max Pacioretty, s'est distingué par son insignifiance.  Incapable d'acheter le moindre petit but, il était, en plus, sur la patinoire, sur deux des trois filets des Rangers.  Il est déjà dans les boules à mites depuis fort longtemps (dernier but le 30 mars si je me rappelle bien).  Comme un ours mal léché, il est encore en hibernation.  Il risque de se réveiller trop tard...si jamais il sort de sa torpeur actuelle !  

mercredi 19 avril 2017

SÉRIE NYR-CH : LES RANGERS ARRACHENT LE MATCH 4...

C'était loin d'être parfait, la prestation des Rangers hier, dans leur victoire de 2-1 pour égaler leur série (2-2) contre le torCHon de Ville-La-Sale.  Mais c'était suffisant pour l'emporter.  Comme ce l'était à Fefans Land lors des deux premières parties.  En fait, les Blue Shirts devraient être en avant 3-1 dans cette série.

Les hommes d'Alain Vigneault ont réussi à surmonter et à faire oublier leur abominable match précédent (dimanche) alors qu'ils ne s'étaient pas présentés, devant leurs fans, mécontents, avec raison, de la tournure des événements.

Hier, ils étaient les premiers sur la rondelle et ils ont pris l'initiative du jeu.  Comme je le suggérais dans mon article de lundi, ils se sont enfin plantés devant Price pour lui rendre la vie difficile et exposer la faiblesse des défenseurs CHicolores.

Et ils ont concocté la recette idéale pour bafouer les CHaudrons : 43 mises en échec (contre 25 pour le Caca), et 13 fois (trois par Stepan) leur échec avant agressif leur a permis de voler le disque à leurs opposants, surtout dans la zone des CHieux, où ceux-ci ont joué mollement et craintivement...  Markov, que les fefans et les commentateurs des médias moronréalaids, vendus aux Canailliens, ont beaucoup vanté cette saison, a connu un match de misère avec cinq revirements, dont un a coûté le premier but de la rencontre à sa bande d'enfoirés...

Scary Price, que les mêmes prostitués journaliche-culs du CH décrivent comme un as du maniement du disque autour de son filet, a aussi dormi sur le but gagnant de Nash (photo ci-dessus) en étant justement négligent avec la rondelle près de sa cage.  Ses innombrables admirateurs le considèrent très "cool", mais cette supposée qualité est souvent plus de la nonchalance qu'autre chose...


Vigneault avait changé la composition de ses trios pour cet affrontement, histoire d'ajouter plus de mordant à son attaque.  Cela a assez bien réussi.  Ses gars ont aussi picossé, harcelé et frappé Radulov, la bougie d'allumage de son club.  On sait que c'est un joueur émotif et on tente de le "sortir" de son match en le provoquant de toutes les façons possibles.  Bien fait !!!  Pendant ce temps, le pseudo-capitaine Max Pacioretty continue de sommeiller dans son coin...  Il a d'ailleurs raté sa mise en échec sur Ryan McDonagh, permettant à ce dernier de récupérer la rondelle à la ligne bleue et de faire la passe à Nash pour le but vainqueur.  Excellent !!!

Ces deux-là, Nash et McDonagh, ont livré la marchandise hier, après que leur coach eut déclaré, après le revers gênant de dimanche, que ses meilleurs éléments devaient être bien davantage à la hauteur de leur potentiel dans cette série.  Nash doit être dominant et il s'est servi de son gros gabarit et de sa force pour s'imposer hier.  Les Rangers ont besoin d'une forte contre-partie à un joueur-clé comme Radulov.  Pour sa part, le capitaine McDonagh a élevé son jeu au niveau de son meilleur homonyme CHicolore (Weber).  Il a abattu un boulot gigantesque, surtout autour du filet de son gardien Lundqvist.  Le portier des Rangers a d'ailleurs poursuivi son travail irréprochable, hier.

Mais, comme on le sait, la meilleure équipe ne gagne pas toujours.  «It's a game of inches», comme disent les anglophones.  Ce match aurait pu échapper aux représentants du «Big Apple».  Dans les derniers instants du match, Weber a effectué un de ses tirs foudroyants qui a failli fracasser le poteau du but de Lundqvist.  Après la rencontre, le gardien a admis qu'il a eu chaud sur la séquence.  On a entendu le son assourdissant du métal frappé violemment, partout en Amérique !

Bien que les Rangers aient lancé plus fréquemment au but hier (cinq tirs par Grabner), ils ont encore trop souvent cherché le jeu parfait (tic-tac-toe) avec des passes de trop, interceptées 99% du temps.  Ils ont certes malmené les Cannes à CHiens en passant la première moitié du second engagement à bourdonner dans leur territoire, mais ils n'ont marqué qu'un but durant ce blitz, et leur jeu de puissance a de nouveau fait patate...

En défensive, les Blue Shirts ont également connu des ratés dans leur couverture, en permettant des échappées (Mitchell et Shaw) et des deux contre un (but de Mitchell).  Ils se sont aussi rendus coupables de trop de revirements non provoqués.

La série se transporte à MortYial jeudi, là où les Rangers ont joué leur meilleur hockey jusqu'à maintenant, dans cette première ronde éliminatoire.  L'avantage de la glace pour le CHiendent n'est donc aucunement significatif...

GO  RANGERS !!!  À bas la CHnoutte !!!

lundi 17 avril 2017

MATCH No 3 : DES RANGERS DOUX ET INOFFENSIFS COMME DES AGNEAUX DE PÂQUES...


Quel contraste entre la performance des Rangers de New York, lors des deux premiers matchs à Mourial, dans leur série éliminatoire contre le torCHon, comparée à leur piètre démonstration d'hier au MSG !  Nerveux, tendus, figés devant leurs partisans, ils ont laissé les CHieux dicter le ton de la rencontre jusque dans les dernières minutes, avant de se réveiller quand il était trop tard.  Défaite déplorable de 3-1...

Les Rangers ont maintenant perdu leurs six dernières parties éliminatoires à domicile.  Cette série malheureuse remonte au printemps 2015.  Depuis ce temps, ils ont été dominés 21-4 au total des buts marqués chez eux, devant leur foule qui s'impatiente de plus en plus...  De toutes les équipes qui participent aux éliminatoires cette année, les Rangers ont le pire dossier à domicile (saison régulière).  Toutes ces statistiques ne sont pas très rassurantes...  Ils ont par contre une excellente fiche quand ils évoluent sur les patinoires adverses mais il faut qu'ils trouvent le moyen d'être maîtres chez eux.

Hier, seul le gardien Lundqvist a joué avec ardeur et intensité.  Ses coéquipiers ont failli à la tâche même si, donnons-leur ça, les CHaudrons ont disputé un fort match.  Cette fois les hommes de Claude Julien ont minimisé les revirements (8) contrairement à leurs opposants (21).  La plus grande différence toutefois, outre le degré d'intensité et d'énergie des deux belligérants, a été le jeu en avantage numérique.  Le CHicolore a marqué deux fois en pareilles occasions, alors que les Blue Shirts ont poursuivi leur impuissance à ce chapitre en affichant un gros zéro en trois chances (seulement trois tirs au but lors de ces supériorités numériques).  Ils sont maintenant zéro en dix dans la série.  Ça ne peut pas continuer de la sorte s'ils veulent réussir à éliminer la CHnoutte.

Les joueurs des Rangers doivent absolument travailler aussi avec ce sentiment d'urgence, indispensable pour survivre en séries de la Coupe Stanley...

Pourtant, ils ont une bonne offensive.  Mais jusqu'à maintenant, ils ratent trop de filets ouverts, manquent de précision dans leurs tirs, et n'envahissent pas suffisamment le devant du but de Price pour le gêner.  Dans ce dernier département, les Canailliens font mieux devant le cerbère des Rangers.  Hier, les gars du club d'Alain Vigneault ne semblaient pas quoi faire avec la rondelle quand ils l'avaient en leur possession.  Un maigre total de douze lancers au but après deux périodes, quatorze après les premières 52 minutes !  Beaucoup de maladresse, d'incohérence; et un manque de rythme et de créativité en zone offensive.

C'est une bonne tactique de vouloir déjouer Price avec des passes en diagonale, ou transversales, devant sa cage.  Mais elles sont ou bien trop vives, imprécises, superflues, prévisibles ou coupées par les joueurs ennemis.  Mieux vaudrait tirer au but et "jammer le net" en essayant de saisir des retours.

À titre individuel, soulignons quand même le travail colossal du défenseur Shea Weber (je me demande encore comment le Caca a pu l'obtenir en échange de Subban !) qui a excellé pendant pas moins de 29 minutes et 8 secondes sur la patinoire...  Chapeau !  Du côté de New York, encore une fois, Zibanejad, Stepan et Kevin Hayes ont été des poires.  Mais ce sont presque tous les Rangers qui ont été doux et innocents comme des agneaux se faisant dévorer tout rond lors du festin de Pâques...du CHicolore.  

samedi 15 avril 2017

SÉRIE NYR-CH : LA DÉMOLITION DU CACANADIEN BIEN ENTREPRIS PAR LES RANGERS...


Je suis sous le choc !  Je m'attendais à une série ennuyante entre les Rangers et les CHaudrons.  Et voilà que les deux premières parties nous ont offert du jeu palpitant, rempli de rebondissements et de solides mises en échec !  Wow !  Hormis certaines faiblesses autour du filet de Lundqvist, les hommes d'Alain Vigneault appliquent bien la stratégie de leur coach en matraquant systématiquement les mauviettes de la Sainte Guenille.  Un travail de sape et d'usure qui va finir par rapporter gros au club new yorkais.  Hier, les Rangers ont frappé les CHieux à pas moins de 74 reprises !  Tanner Glass a été le champion dans ce domaine avec dix mises en échec.  La majorité de ces coups étaient percutants et ont dû faire mal.  En enlevant leur équipement après la partie, les porte-couleurs du bleu, blanc, rouge devaient être surtout bleu !

L'histoire du match d'hier a été bizarrement marqué par...deux bâtons brisés.  D'abord celui du gardien Lundqvist en première période.  Criant et gesticulant en s'avançant vers son banc pour attirer l'attention et pour qu'on lui procure un nouvel outil de travail (sans succès), King Henrik a perdu sa concentration.  Ce qui a sans doute contribué au premier but du torCHon marqué peu de temps après par Petry.  À CBC télé, l'analyste a dit que c'est Gallagher qui a cassé le bâton de Lundqvist (54 arrêts) et que dans ce genre de cas-là il aurait dû être pénalisé automatiquement.  À la fin de la rencontre les Rangers ont aussi été mis encore plus en difficulté quand Nick Holden a vu son bâton se fracasser.  Les CHieux ont encore marqué sur la séquence.  Bref, deux incidents malheureux et malchanceux.


J'espère que le coach Claude "Humpty Dumpty" Julien ne retirera pas Nathan Beaulieu de son alignement pour l'affrontement no 3, demain, au Madison Square Garden de New York.  Beaulieu est affreux !  Hier, il a commis deux gaffes majeures qui ont mené aux buts de Grabner et Nash (tout un plomb dans la partie supérieure, voir photo).  Ce dernier a enfin joué à la hauteur de son talent, ce qui est de mauvais augure pour les Cannes à CHiens s'il poursuit dans la même veine.  Par contre, certains bons attaquants des Blue Shirts sont beaucoup trop silencieux.  Je pense surtout à Derek Stepan, ainsi qu'à J.T. Miller; et dans une moindre mesure à Chris Kreider et Mika Zibanejad.  Celui-ci est à blâmer sur le but gagnant de Radulov vers la dernière minute de la période de prolongation initiale.  Il était juste à côté de lui devant Lundqvist et il ne la pas neutralité pour l'empêcher de prendre le retour de lancer fatidique.


Conscients qu'ils ne pouvaient pas perdre ce match pour se retrouver en déficit 2-0 après les deux premières batailles à domicile, les CHaudrons ont tout donné en sur-temps.  Semblant encore abasourdis par le but égalisateur à 17 secondes de la fin du 3e engagement, les Rangers n'ont guère été menaçants à l'attaque.  Mais en général, de ce que j'ai observé jusqu'ici, je suis plus confiant de voir les Rangers remporter la série, que je ne l'étais avant le début des hostilités.

GO RANGERS GO !  À BAS LE TORCHON ET LEURS DÉBILES FEFANS !  

jeudi 13 avril 2017

LUNDQVIST ET LES RANGERS LESSIVENT LE CACANADIEN


Très mauvaise nouvelle pour le Cacanadien de MoronsVille hier, au début de leur série éliminatoire contre les Rangers de New York.  Le gardien de buts des Blue Shirts, Henrik Lundqvist, a mis de côté sa longue série d'insuccès et de performances chancelantes contre le torCHon, pour connaître un match du tonnerre et blanchir un adversaire considéré comme sa bête noire.  L'arrêt sensationnel qu'il a effectué contre Shea Weber (photo ci-dessus), alors que son club était en désavantage numérique, est un reflet fidèle du genre de soirée qu'a connue King Henrik devant son filet.  Le cerbère des visiteurs, dans un centre PouBell occupé par une foule survoltée qui, cette fois, n'a pas réussi à l'intimider, a d'ailleurs bloqué quelques boulets de canon du défenseur numéro 6 du CHicolore.  Identifié par tout le monde comme le point faible qui allait causer la perte de son équipe en éliminatoires contre les CHaudrons, Lundqvist a fait mentir tous les analystes, qu'ils soient experts ou amateurs.

S'il poursuit le reste de la série dans la même veine qu'hier, les pauvres CHieux seront dans la merde pas à peu près, eux dont l'offensive est déjà assez lamentable merci !  Dire qu'avant la partie, beaucoup d'arrogants fefans de la métropauvre se prononçaient en prédisant que leurs favoris se moqueraient des Rangers en les éliminant en TROIS parties !!!  Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !


Ce que j'ai aimé dans le match d'hier :


  • La façon dont les Rangers ont gardé leur sang froid en affrontant la tempête en début de rencontre;
  • L'intensité de leur jeu, surtout en repli défensif, pour marquer et mettre en échec les joueurs de la CHiasse.  Très peu d'espace et de temps pour la CHnoutte lors de ce match;
  • Le plan de match des Blue Shirts ciblant le seul bon marqueur du Caca, Max Pacioretty, qui a été frappé durement à cinq reprises (dont une fois en essayant de frapper lui-même celui qui venait de lui faire mal, Dan Girardi).  MaxPac est revenu difficilement à son banc à au moins deux reprises.  Il s'est visiblement fait sonner les cloches (coups absorbés par sa laide caboche) et je me demande pourquoi il n'a pas eu à subir le protocole pour les commotions cérébrales comme le prévoit maintenant les règlements de la LNH;
  • Le nombre de lancers bloqués (24) par les joueurs des Rangers, obstruant les lignes de tirs de leurs adversaires et montrant qu'ils sont prêts à se sacrifier pour gagner;
  • Les nombreux revirements (21) dont 19 non provoqués (mauvaises passes, manque d'anticipation, jeux stupides donnant la rondelle aux opposants) des Cannes à CHiens, surtout dans leur territoire.  Le gardien Scary Price a commis deux de ces bourdes gênantes, dont une a failli lui coûter un but (il est revenu devant sa cage, après avoir donné le disque à un Ranger, pour bloquer son tir du bout du patin : très merdeux sur la séquence).  Plekanec (4), Beaulieu (3) et Galchenyuk (3) ont été les pires à ce chapitre des cadeaux accordés aux adversaires;
  • Le jeu du jeune défenseur Brady Skjei (23 ans, choix de première ronde -28e au total- au repêchage de 2012).  Pour un gars qui n'a que 87 matchs d'expérience chez les professionnels, il joue avec aplomb.  Son coéquipier défenseur Dan Girardi a également excellé (cinq mises en échec solides, quatre tirs bloqués, 21:16 de temps de glace dont 3:17 en infériorité numérique) lui qui a failli être laissé de côté (healthy scratch) par son coach Alain Vigneault;

Ce que je n'ai pas aimé :



  •  Les nombreuses pénalités non appelées par les arbitres contre les Canailliens;
  • Le dardage dans les couilles de Nash, en fin de match, par l'insignifiant Andrei Markov.  Évidemment, ce dernier ne sera pas suspendu par l'ami du CH et préfet de discipline de la Ligue Stéphane Quintal;
  • Les trop fréquentes tentatives des Rangers de sortir de leur territoire ou de dégager leur zone par le centre de la patinoire, au lieu d'utiliser les bandes, quand ça chauffait autour du filet de Lundqvist;
  • Le manque d'opportunisme des Rangers, quand ils avaient les CHieux dans les câbles (première moitié de la seconde période).  Il est vrai que Price a été sauvé par son poteau de but en une ou deux occasions (photo ci-dessus) et par le manque de précision de certains tireurs des Rangers;


Donc un match no 1 chaudement disputé et très serré, surtout à cause du style de jeu préconisé par les deux équipes, et du brio des deux gardiens.  Pour deux clubs peu reconnus pour leur jeu robuste, nous avons pourtant eu droit à une multitude de mises en échec "viriles" de part et d'autre.  Une agréable surprise même si, normalement, nous sommes en droit de nous attendre à ce type de rudesse en séries éliminatoires, quand l'enjeu est plus grand...

La pression est sur les CHieux maintenant.  Ils doivent remporter le prochain affrontement, demain, dans leur cage à poules mouillées.  Sinon, leur printemps éliminatoire risque de ne pas durer longtemps...